S'il y a un débat qui a fait rage dans notre foyer, ce fut bien celui de l'éclairage ! Dans un premier temps, nous avions installé il y a quelques années des ampoules à économie d'énergie. Sauf que celles-ci ont deux problèmes de taille : les ondes électromagnétiques qu'elles émettent, et le mercure qu'elle contiennent. Du coup, l'homme-grenouille ne voulait plus en entendre parler : un beau soir en rentrant chez moi, je retrouve les vieilles ampoules à incandescence partout ! Désolée par ce gâchis, et alors même que le débat sur la question n'est pas clos, je voulais les installer dans la cage d'escalier de notre immeuble, mais l'objection fut que si elles cassaient, la personne qui s'occupe de l'entretien et qui n'en fait parfois qu'à sa tête, allait vraisemblablement les jeter à la poubelle au lieu de les déposer en magasin dans le bac de recyclage - d'où pollution au mercure dès le premier bris, problème à mon avis le plus préocuppant de ces ampoules... Résultat : ces ampoules en parfait état sont toujours dans notre tiroir à ampoules! Si quelqu'un capable de les mettre au recyclage après usage en veut, il n'a qu'à me contacter...

24 - tiroir à ampoules

Deuxième volet du débat, je suis passée à la proposition des LEDS. Encore plus économes que les lampes au mercure (10 fois plus efficace qu'une ampoule à incandescence, et 3,5 fois plus qu'une fluocompacte), encore plus de longévité (en théorie 20 000 à 50 000h environ contre 6 000 à 15 000h pour une fluocompacte), et enfin sans mercure ni émission d'ondes électromagnétiques. Autre avantage intéressant : elles n'ont aucun temps de latence à l'allumage, c'est instantané. Bref, c'est LA lampe du futur, celle à qui tout le monde prédit un grand avenir. Donc nouvel essai, avec des LEDS classiques de ce type : ça donnait une lumière assez blanche pour ne pas dire vaguement bleue, pas extrêmement forte puisque nous étions sur une équivalence 25W, mais parfaitement utilisable dans notre lampe surnommée "le haricot géant", supportant 5 ampoules.

27 - haricot geant & led 27 - haricot geant diff lumières

A droite une photo test avec une ampoule à filament en haut, et une ampoule à led en bas. On voit en bas une lumière très caractéristique des leds : moins diffusante, plus directive, et effectivement plus froide.

L'homme-grenouille plein de curiosité tint bon presqu'un mois... au bout duquel je retrouve les vieilles ampoules à incandescence à leur place. " Cette lumière est trop moche", me dit-il, "Donc inutile d'insister. En plus elles peuvent endommager la rétine, celle des jeunes enfants en particulier". Sur ce dernier point, il n'avait pas tout à fait tort, dans la mesure où l'Anses a publié en 2010 ce rapport mettant en garde contre l'utilisation des leds à éclairage blanc froid ou bleu.  Mais il n'avait pas tout à fait raison non plus, puisque j'avais tout de même choisi des lumières "blanc chaud" ayant déjà suivi le débat ici et . Mais c'est vrai que ces leds coniques ont toujours une lumière assez froide, même qualifiée de "blanc chaud". En fait, le meilleur moyen pour s'y repérer est la température de couleur, normalement indiquée sur l'emballage. On trouve ici quelques équivalences : la lumière naturelle est d'environ 5000K (degrés kelvin) tandis que les lampes halogènes font plutôt 3000 à 3200K... et de mémoire, c'était aussi le cas de ces leds qui déplaisaient à mon compagon !

Admettant que ces leds basiques n'avaient pas une lumière divine, je suis revenue du magasin de bricolage avec l'ampoule ci-dessous : bien chère (25,90€ dans mon magasin) par rapport aux précédentes déjà pas données, mais ayant l'avantage d'être beaucoup plus diffusante, et avec une température de couleur nettement plus chaude, beaucoup plus proche de la lumière du jour : 2700K. Dernier avantage : côté puissance on progresse, avec un équivalent 40W. De quoi s'éclairer plus sérieusement !

Philips 40W  27 - haricot geant diff lumiere led chaude

On y gagnait effectivement une lumière agréable (lampe du bas, photo de droite), assez difficile à distinguer d'une ampoule classique, et pourtant, rien à faire. J'ai eu beau faire mon installation discrètement, ma superbe led a été bannie illico du haricot géant. Je dois même dire qu'il y a eu des mots : la grenouille a dit à l'homme-grenouille qu'il exagérait, qu'il serait la perte des générations futures, s'est roulée par terre en lui reprochant sa responsabilité dans les centrales nucléaires, en vain : les vieilles ampoules à filament faisaient toujours la loi dans les parties communes. Mon bijou de technologie est allé s'isoler dans ma lampe de bureau, où personellement j'étais très satisfaite de lui, mais fort déprimée de ce fiasco écologique.

Un an s'est écoulé, et j'avais presque abandonné l'idée de revenir à la charge, lorsque je vois quelque chose d'étrange dans les lampes tulipes de la cuisine, quelque chose qui ressemblerait plus à un jaune d'oeuf qu'à une ampoule :

25 - philips plafonnier jaune  26 - Philips plafonnier en action

N'en croyant pas mes yeux, je regarde l'homme-grenouille qui me dit d'un air totalement décontracté : "Ca ? Eh bien ce sont des Leds, pourquoi ? Je les ai vue ce matin en passant au magasin de bricolage, et c'est con, mais je trouve qu'elles font vraiment une belle lumière. Tu trouves pas ?"

Les bras m'en tombaient, sachant qu'à part sa plus forte puissance (équivalent 60W) cette nouvelle ampoule philips a normalement la même température de couleur confortable que l'ampoule de mon bureau : 2700K. Mais je n'ai rien dit : si ça le motive pour passer chez Enercoop... ce n'est pas moi qui vais décourager un si bon signal! Et effectivement, elles diffusent une lumière tout à fait agréable sur nos deux plafonniers de cuisine, qui sont le plus fréquemment et le plus longtemps allumés à la maison.

31 - ampoule bureau  28 - philips dans tulipe

Donc voilà, nous sommes désormais en train de passer progressivement aux leds à la maison, et sans retour en arrière cette fois - ci-dessus la  "équivalent 40W" de mon bureau, et la "équivalent 60W" qui fait merveille dans une tulipe jaune rétro. Notons quand même quelques particularités de ces petits bijoux : elles chauffent plus que les leds plus petites, elles sont plus lourdes que les fluocompactes et ampoules à filament classique. Elles sont clairement chères (49,90€ dans mon magasin, un peu moins sur le net), et j'avoue ne pas avoir eu le courage de faire le calcul de rentabilité entre l'économie d'énergie réalisée, amortie sur la vie théorique de l'ampoule. Le temps d'amortissement est forcément long, mais je suis confiante : cette technologie étant encore en pleine évolution, les prix baisseront sans doute progressivement et ces ampoules finiront bien par être plus abordables. Enfin, ces lampes sont à déposer au recyclage comme les fluocompactes. Elles ont néanmoins le grand avantage de ne pas posséder de mercure, particulièrement polluant - je n'ai rien trouvé d'autre sur leur impact environnemental, peut-être pas si simple. Pour citer Wikipedia : "Aujourd’hui, seulement 30 % des lampes à basse consommation sont recyclées. Les 70 % restant sont jetées avec le reste des déchets ménagers. N'étant pas recyclés, les quelques milligrammes de mercure contenus par chacune d'elles se retrouvent dans la nature. Le polluant se diffuse alors dans l’air, passe dans le sol et peut même contaminer les nappes phréatiques". Inquiétant, non ?

Alors pour finir, à la question " Que faire des ampoules économique usagée ? ", voici la réponse au final assez simple... et tellement meilleure pour l'environnement !

Où déposer fluocompactes & leds