Ceux qui suivent ce blog depuis l'hiver dernier s'en rappellent : un petit point sur l'électricité dans notre foyer nous avait permis de constater une consommation électrique tout à fait exagérée, au vu de nos équipements et de notre rythme de vie. Je devais coincer l'homme-grenouille pour lui faire faire un relevé de chacun de nos appareils: échec jusqu'à présent, je sens que cet exploit fera partie de nos bonnes résolutions 2013 ! Néanmoins, un peu de réflexion nous a permis une avancée notoire : il semblerait que parmi les coupables énergivores se dissimulait notre chauffe-eau à condensation Vitodens 100, choisi avec soin en 2003 pour... ses qualités écologiques! Bête, non ?

  1 - Chauffe-eau  2 - Chauffe eau breizh

Pour commencer, bref historique de ce choix, puisque le chauffage au bois a généralement l'image la plus écologique de toutes.... Une technique qui reste toujours discutable en fonction des moyens employés, mais qui semble définitivement déraisonnable lorsqu'on imagine construire un poële de masse au deuxième étage d'un immeuble ancien, et stocker quelques stères de bois en plein Paris dans une cave ultra-humide - on y a pourtant songé 5 minutes! Restait donc l'électricité, énergie bien nucléaire tant qu'on est chez EDF, et très discutable dans le cas du chauffage; puis le gaz, vers lequel allait notre préférence dès le départ : nous avions choisi un appartement déjà muni d'antiques radiateurs en fonte et d'une chaudière bas de gamme; ne restait plus qu'à changer celle-ci pour une chaudière à condensation: meilleur rendement énergétique, moins d'émissions polluantes... et un crédit d'impôt qui a malheureusement beaucoup baissé en 2012 (on sait l'intérêt que notre gouvernement porte à l'écologie), mais qui étonnament existe toujours.

Jusque-là tout va bien, nous sommes ravis de la bête, d'autant que nous y avons fait adjoindre un thermostat qui régule la chaleur - l'ancienne installation était infernale, impossible de mettre le chauffage sans étouffer rapidement, ce qui nous obligeait à allumer/couper sans cesse. Là, on se dit en se frottant les mains "hé hé, notre conso va baisser en flèche....". Sauf qu'à la vue de nos factures, il ne se passe tout de même pas grand-chose.... Nous nous retrouvons sur 5 ans avec une consommation assez similaire à celle de l'ancienne chaudière, soit 873m3. Avec tout de même une nuance de taille: notre appartement s'est aggrandi, en passant de 60 à 105m2 pendant cette période. Or, à ce moment nous avons changé toutes nos fenêtres par des doubles vitrages : objectif est atteint de ce côté, puisque la seule installation de doubles-vitrages a permis de garder à peu près constante notre consommation de gaz, malgré une surface presque doublée.

5 - doubles vitrages  4 - radiateur

Les doubles-vitrages en chêne dont nous sommes très fiers, et sur lesquels nous avons réussi à remettre les crémones d'origine en forme de personnages; l'un de nos radiateurs équipé d'une vanne (ou robinet) thermostatique : la bonne démarche serait de le faire pour tous !

Nous en étions donc là, un peu dépités, lorsqu'en février dernier, l'homme-grenouille a eu une intuition en se penchant sur une fonction de notre chaudière appellée "réserve d'eau chaude". Il s'agit d'un petit réservoir interne qui maintient constamment au chaud quelques litres, et qui évite de laisser inutilement couler l'eau froide tandis que le chauffe-eau se met en route. Très sympa comme fonction, si ce n'est qu'elle se déclenchait toutes les 20 minutes avec un petit bruit caractéristique. Un petit standby devant le compteur de gaz apprit à l'homme-grenouille que cette fantaisie de confort consommait 0,09m3 tous les 20 mn soit après un rapide calcul... argh, 750m3 par an !!!!??

Histoire d'en avoir le coeur net, la réserve d'eau chaude fut coupée définitivement le jour même. Exit une partie des bruits de chaudière, et fin également de l'eau chaude instantanée - autre tracas, l'eau froide gaspillée, car j'avoue ne pas avoir toujours un seau sous la main pour l'y mettre en attendant un usage ultérieur... En tout cas, rendez-vous un an plus tard et là, aucun doute : ces calculs étaient peut-être exagérés, mais parfaitement justes dans l'esprit, puisque de février à février, notre consommation de gaz est passée d'environ 873m3/an à 459m3/an - ce qui ne nous est vraiment jamais arrivé, notre plus bas étant à 680m3.

Victoire, donc ! Notre chaudière a condensation est donc bien écologique... à partir du moment où l'on se méfie des gadgets idiots comme cette réserve d'eau chaude "confort" présentée comme un avantage par Viessmann. En tout cas, notre consommation globale (gaz+électricité) ne serait finalement pas si déraisonnable, car si je fais une conversion approximative en KWH/m2, nous arrivons pour cette année à 52KWH/m2/an pour l'eau chaude-chauffage-plaques de cuisson ... Si j'additionne avec notre conso électrique, on arriverait à environ 76KWH/m2/an consommés en tout, soit la même consommation que dans un bâtiment classe B? Wow !? Au final ce n'est peut-être pas si mal, dans un vieil immeuble non isolé de la toute fin du 18e... Vive les appartements, qui profitent si bien de l'isolation de leurs voisins !

En tout cas, je me rallie à la conclusion de l'homme-grenouille dans cette histoire: l'essentiel, c'est d'abord de se prendre la tête à optimiser ce qui est chez soi...Par exemple en se basant sur des tableaux de ce genre, assez intéressant à utiliser. Et si nous ne sommes pas rapides pour ces questions pénibles, petit à petit... on arrivera bien à une consommation domestique satisfaisante !

PS : Désolée pour mon absence de quelques semaines, due à de gros travaux prenants qui viennent de débuter chez moi ... de quoi sans doute alimenter sans doute cette rubrique "travaux" pour les prochains billets !